[FB] Petite pause forcée [Taurus D. Edward]

 :: Zone Rp :: Blues :: South Blue :: Autres Îles Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Carte d'Identification
Berrys: 300 000
Niveau: 14/70
Experience: 100/400
Mar 13 Mar - 21:14
Messages : 25
Localisation : En mer
Métier / Grade : Mousse
Voir le profil de l'utilisateur





Petite pause forcée
feat Taurus D. Edward





Il y a des moments durant lesquels même les hommes les plus robustes et les plus débrouillards restent sans défenses. C’est l’un de ceux-là qui a poussé l’équipage du Coureur de Vagues à accoster sur les rives d’une toute petite île de South Blue. Une petite île sans grand intérêt. Une petite île même pas cartographiée… juste un morceau de terre recouvert de végétation sur lequel seuls des animaux vivent tranquillement. Quand les hommes s’arrêtent ici, ils ne peuvent que remplir leurs réserves d’eau douce à la cascade qui chante au milieu de l’île, à peine 600 mètres après la plage. L’îlot doit à peine frôler les 1300 mètres de diamètre, et encore… ça c’est quand on est généreux.

********************

Je n’en peux plus. J’ai l’impression que ça fait des semaines qu’on navigue non-stop. J’en ai ras le bol de voir de l’eau partout, de trébucher sur les autres membres de l’équipage qui, sans rien de spécial à faire, font tranquillement bronzette sur le pont… J’en ai ma claque de ne voir que du bleu à perte de vue… J’ai besoin de poser les pieds sur un truc qui ne bouge pas et qui ne soit pas en bois.

Autant, normalement, je suis facile à vivre… autant quand ma patience commence à atteindre ses limites, c’est beaucoup moins simple pour mon entourage.

Au début ça va encore, je me contente de tourner comme un lion en cage. C’est vrai qu’avec Loup qui ne me lâche pas d’une semelle ça fait quand même du mouvement, mais bon, ça gêne pas trop… Après je rajoute un râlage perpétuel qui commence doucement à gonfler les mecs. Normal. Et puis, quand j’en peux vraiment plus, je me campe à côté du Capitaine et je lui tire sur le bras. Tout le temps. Sans arrêt. En plus en même temps je dis :


- On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ?

- « Princesse… t’es un peu lourde là… »

- On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ?

- « J’ai dit que je voulais qu’on aille jusqu’à Musha Island pour trouver quelqu’un qui puisse agrandir le quartier de l’équipage.»

- On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ?

- « C’est toi qui râles tout le temps parce que tu n’as pas d’intimité, Princesse, c’est en grande partie pour toi qu’on va là-bas… Alors si tu pouvais…»


- On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ? On peut s’arrêter ?


- « TROUVEZ-MOI UNE PUTAIN D’ÎLE AVANT QUE JE LA JETTE PAR-DESSUS BORD !!! VITE !!!»


Il est super ce Capitaine… soucieux de notre bien-être et tout et tout… Je suis obligée d’expliquer à Loup que non, il n’a pas l’intention de me jeter dans l’eau pour de vrai et que donc non, il n’est pas obligé de lui arracher la gorge. J’adore Loup, et puis il aime autant s’amuser que moi, mais comme je suis la seule humaine dont il apprécie sincèrement la compagnie, je suis toujours obligée de lui expliquer que moi, par contre, il y a des humains que je préfère garder en vie. Pas facile… Surtout que je le comprends ! C’est si joli un gorge arrachée !

Bref. Il ne leur faut pas longtemps pour trouver une île tranquille. Pendant qu’ils camouflent le bateau « au cas où », je me précipite sur la plage pour me dégourdir les jambes. Loup fuse dans tous les sens à une vitesse folle, lui aussi avait besoin de se défouler. Le Capitaine ordonne de s’installer pour manger « quitte à être ici autant en profiter ». Normalement je devrais aller les aider à installer le bordel… mais j’ai pas envie. Du tout. Alors je grimpe sur le dos de Loup sans rien dire à personne, et on va explorer les bois. De toute façon ils sont habitués. Chaque fois qu’on débarque dans un endroit comme ça ils me perdent de vue quelques heures, et puis je reviens.

Ça fait déjà presque un an que je suis avec eux. Parfois je me demande comment ils font pour me supporter… mais la plupart du temps je m’en fiche. Moi, je m’amuse bien.

On traverse l’île plusieurs fois, à toute vitesse… et quand Loup commence à avoir envie de faire une petite pause, il se laisse tomber au bord du bassin d’une A-DO-RA-BLE petite cascade toute mignonne avec plein de jolies fleurs tout autour. Je me laisse glisser par terre et je commence à fureter partout. Au bout d’un moment, Loup lève le nez. Il sent la viande qui grille joyeusement au campement. Il a clairement envie d’y aller, il a faim, mais il n’a pas envie de me laisser non plus. Je viens vers lui pour lui embrasser le museau et je lui fais comprendre qu’il peut y aller. Vu la distance de toute façon, je pourrais toujours l’appeler si j’ai besoin d’aide… et puis j’ai envie de manger ma sucette en regardant la cascade, de ramasser plein de fleurs pour décorer le pont, le chapeau du Capitaine, le bateau… j’adore les fleurs.

Il me lèche la joue avant de partir, me donnant l’impression qu’il essaye de m’arracher toute la peau du visage. Je secoue la tête, attendrie, puis je sors la sucette de ma poche et commence à faire de gros bouquets en en chantonnant tranquillement. Je bois un coup aussi… cette flotte est particulièrement bonne.

©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'Identification
Berrys: 484 500
Niveau: 19/70
Experience: 46/650
Jeu 29 Mar - 18:43
Messages : 36
Voir le profil de l'utilisateur





Petite pause forcée






Feat. Lenda D. Jùlia



Cela faisait maintenant exactement trois semaines que Taurus et les hommes avec qui il était, étaient en mer. Et je ne sais pas vous, mais trois semaines sur un navire, avec de l’eau à perte de vue, sans le moindre signe de terre à l’horizon et avec la faim qui forcément se faisait ressentir, il y a de quoi littéralement exploser de l’intérieur. Pour vous remettre rapidement dans le contexte, Taurus est sur un navire de guerre de la marine depuis plus de trois semaines à cause des nombreuses erreurs de navigation de la part des navigateurs du navire.

Leur mission principale était de se rendre à Loguetown sur East-Blue afin de récupérer un pirate ayant sévit sur South-Blue pendant des années et qui venait tout juste d’être arrêté. Et à la demande du QG de South-Blue, celui-ci devait être transféré à South-Blue afin d’y subir son exécution devant le peuple de cette mer. Il est tout à fait logique qu’un natif de South-Blue se fasse exécuter sur sa terre natale. Malgré le fait que ce soit un pirate, les habitants de cette mer respecte les coutumes et les mœurs de leur océan.  Et sur South-Blue, que la personne soit un hors la loi ou un homme de la justice, il sera enterré prêt de ses aïeux.

La première partie du voyage c’était pourtant tellement bien passée. Le colis avait été récupéré tranquillement, sans la moindre embuche sur la route. En effet, étant prévoyant et sachant que le colis était tout de même un pirate assez reconnu, le QG de South-Blue avait mobilisé un navire de guerre et ses deux cents marins. Parmi eux se trouvaient les deux lieutenants du QG qui se trouvent être Taurus D. Edward et son meilleur compère, Alonzo Fionça. Déterminé à réussir leur mission dans un temps record, les deux hommes se sont permis de recruter eux-mêmes les deux cents hommes qui les accompagneraient durant cette mission. Mais les choix en matière de navigateur avaient fait défauts aux deux jeunes lieutenant.

Lors du voyage retour, une incroyable tempête frappa le navire de guerre. Et pendant les deux jours qui ont suivit le premier éclair qui à réduit le mat principale du navire à l’état de cendre, les pauvres hommes de la marine ont du survivre à cette tempête, écroué par les vagues et les vents très violents qui frappaient sans cesse le navire. C’est à ce moment précis que l’équipage apprécia le pouvoir de Edward, qui, perché en haut du deuxième mat, servait de paratonnerre humain. Etant lui-même la foudre, il pouvait aisément survivre à ces charges électriques qui tombaient du ciel.



« TERRE EN VUE !!!
JE REPETE, TERRE EN VUE ! »



La plus belle nouvelle de ces derniers jours venait de retentir sur le pont du navire. La nouvelle fit d’ailleurs très vite le tour de ce qui restait de la forteresse navale de la marine. Les marins sortaient tous un par un sur le pont afin d’observer cette île, qui finalement n’était qu’un îlot. Mais ce petit îlot était le bienvenu pour ceux qui souhaitaient se détendre un peu les jambes. C’était d’ailleurs de cas d’Edward, qui s’empressa de former une petite unité d’une dizaine d’hommes afin de prendre les chaloupes et se rendre sur la terre ferme. Une fois arrivé, la plupart des hommes présents se jetèrent sur le sol, comme s’il ne l’avait pas touché depuis plus de dix ans. Mais pas Edward. Lui, il avait déjà vu depuis longtemps qu’une fumée noire venant de l’île s’échappait vers le ciel. Et il avait bien l’intention d’aller jeter un coup d’œil.

Il ordonna à ses hommes de l’attendre ici, de tenir la position, quoi qu’il se passe, quoi qu’ils entendent. Il entama donc son avancée dans la petite forêt qui surplombait l’île sur laquelle il se trouvait. Ce n’était pas bien grand, et Edward arriva vite en son centre, où se trouvait une magnifique petite cascade. En observant un peu plus, il s’aperçu rapidement qu’il n’était pas seul. Une jeune fille se trouvait là, étendu sur le sol, avec ses fleurs à la main, suçant un bonbon tout en contemplant ladite cascade. Elle ne semblait pas dangereuse, bien au contraire, elle semblait si innocente qu’Edward en était attendri. Il décida donc de s’approcher afin de prendre contacte avec la jeune demoiselle.


« Bonjours petite, moi c’est Edward, tu es perdue ? » Puis il reprit d’un ton amical et protecteur : « Je peux t’aider si tu veux. »



Ce n’était pas du tout du genre de Edward d’être aussi gentil avec les gens. Certes, il est de la marine, mais il est très rare pour lui d’avoir des contacte avec des civils. C’est donc rare qu’il parle familièrement. Venant d’un milieu noble, il n’a jamais eu réellement le plaisir -et le droit- de parler librement.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'Identification
Berrys: 300 000
Niveau: 14/70
Experience: 100/400
Lun 30 Avr - 16:30
Messages : 25
Localisation : En mer
Métier / Grade : Mousse
Voir le profil de l'utilisateur





Petite Pause Forcée
feat Taurus D. Edward






Je sursaute brutalement et je me retourne d’un mouvement brusque. Je ne m’attendais pas du tout à ce que quelqu’un apparaisse subitement dans mon dos, comme ça, sans prévenir… Et là, qu’est-ce que je vois, au milieu d’une île complètement perdue et sans le moindre véritable intérêt… un marine. Super. J’y connais rien à leurs grades alors je n’ai aucune idée de l’ampleur de la catastrophe. Je sais juste qu’un marine est rarement tout seul et que ses petits copains ne doivent pas être bien loin… sur le coup, je bénis intérieurement mon manque d’efficacité au combat… c’est grâce à ça qu’il n’y a toujours pas de prime sur ma tête. Je suis discrète, et quand un combat commence, soit je finis par terre avant tout le monde, soit je me casse, soit je suis pas là à la base… Sans prime, c’est l’anonymat. Personne ne sait qui je suis et ce que je fais dans la vie. Heureusement… parce que sans ça je ne sais pas comment je m’en serais sortie  dans la situation actuelle…

- Euh… bonjour monsieur… je m’appelle Lyssa.

C’est le nom que j’utilise toujours quand j’ai pas envie de donner le vrai. Non, c’est pas super honnête… mais je vais pas lui dire « Oh ! Salut toi, petit marine, je suis Jùlia, la pirate qui peut discuter avec les animaux. Tu me connais pas encore mais si tu veux, à titre de prévention, tu peux toujours m’arrêter, comme ça c’est réglé ! » Nan… j’ai quand même un minimum d’instinct de préservation…

- Et je ne suis pas perdue, je… euh…

Ah ouais merde… qu’est-ce qu’une gamine de 17 ans peut bien foutre sur une île pareille… toute seule…

- Je fais mon voyage initiatique. Ma famille vient de Grand Line, et sur leur île natale, chaque enfant doit partir pendant un an avec son animal totem quand il atteint les 17 hivers. J’ai voulu suivre les traditions de leur peuple et je suis partie avec mon loup. Parfois on reste sur certaines îles, parfois on monte sur un bateau en échangeant des services, comme la cuisine ou le ménage, contre un trajet…

J’arbore mon sourire le plus innocent.

- Du coup si vous m’aidez, ça n’aura plus aucun sens… je dois le faire toute seule.

J’espère qu’il va marcher et qu’il me croira sur parole… sinon ça va vite devenir très compliqué et très dangereux. Aussi bien pour ma gueule que pour celles du reste de l’équipage et du Capitaine. J’ai pas envie qu’il leur arrive quelque chose… c’est des bourrins, mais je me suis attachée à eux…

- Et vous, qu’est-ce que vous faites ici ? Vous êtes un marine ? Ça veut dire que vous avez une vie pleine d’aventure, non ? La chance !

©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Zone Rp :: Blues :: South Blue :: Autres Îles-