Vargathras D. Fenris [Terminée]

 :: Administration :: Recensement Universel :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Carte d'Identification
Berrys: 281 000
Niveau: 18/70
Experience: 0/650
Dim 25 Fév - 15:10
Messages : 16
Métier / Grade : Navigateur / Capitaine
Voir le profil de l'utilisateur
Fenris D.
Vargathras




« Il n'y a qu'une chose plus violente que la destruction. C'est moi.»

NomD. Fenris
Prénom(s) Vargathras
SurnomAu gouvernement de trouver
Âge20ans
Mer d'OrigineSouth Blue
Lieu de NaissanceL'île de Karaga
CampPirate
MétierNavigateur et Capitaine
Fruit Du démonRYU RYU NO MI : MODÈLE BAHAMUT

Style de Combat •  Bourrin ?

Armes •  Une ou deux épée suivant son humeur

MON HISTOIRE

Chapitre 1 : Le début d’une légende


«  ¤ Qui suis-je ? Je veux dire vraiment ? C’est la question que se posent beaucoup de personne. Pourquoi je suis né, dans quel but ? Le destin contrôle-t-il notre univers ? Je pense que non. Ce sont mes actions qui ont fait de moi ce que je suis aujourd’hui. Si le destin avait choisi, je serais encore en train de récolter des pois-chiche dans le trou du cul du monde. Ou des asperges. Je vois, vous préférez les fraises. Voici donc le début de ma légende. »

¤ L’orage grondait violemment, je pouvais voir la lumière des éclairs à travers la vitre de la maternité. Mais c’était actuellement le cadet de mes soucis. Une contraction me fit souffrir plus que de raison. Sale gosse va. Je sais que tu es pressé, mais ce n’est pas encore le moment. Encore un tout petit peu.

« ¤ Madame, vous devriez respirer lentement, ça va venir tout seul. Nous sommes là pour vous assister ne vous inquiétez pas »


« ¤ NON SANS BLAGUE ! SI JE NE RESPIRE PAS, JE SUIS MORT CONNARD ! »

¤ Une nouvelle contraction calma mon accès de fureur. Les hormones tout ça, vous connaissez. Il ne faut pas énerver une femme, encore moins quand elle est enceinte. Et j’étais particulièrement irrité par ce satané gosse qui était en train de me donner envie de sauter par la fenêtre et de me faire frapper par la foudre. La pendule afficha enfin l’heure que je voulais. Pourquoi ? Car le jour prévu de mon accouchement était un jour maudit dans ma famille et je ne voulais pas que mon fils meure lors de sa naissance. Tout s’était fait en quelques minutes. Je pouvais enfin souffler, et mon garçon était né sans encombre.

« ¤ Mais pourquoi tu as attendu exactement maman ? Il s’est passé quoi dans la famille de si triste ? Et ne parle pas de moi à la troisième personne, c’est très bizarre. J’ai l’impression d’être juste une projection de moi-même. »

« ¤ Oh, j’ai eu 3 frères. Ils sont tous les trois morts lors de la naissance, et à chaque fois le même jour, et comme par hasard, tu allais n’être le même jour. Mais je sais que tu es destiné à de grande chose Varga. Je ne pouvais pas te laisser mourir ce soir-là. »

« ¤ Le destin s’est surfait. Ce n’est pas écrit dans un livre ce que je vais devenir. Je me forgerais moi-même ma légende. Après tout, je suis ton fils. Je vais prouver au monde que même en étant un paysan on peut accomplir de grande chose ! Nous sommes tous égaux, il suffit juste d’un peu de motivation ! »

¤ C’est depuis ce jour-là, où ma mère m’a parlé de destin que j’ai décidé de bousculer ma vie et de tout contrôler par moi-même. Je suis né sur l’île de Karaga. Une île gouvernée par la royauté. Les nobles vivent dans la ville haute, et nous paysans en bas prêt des rivières pour nos récoltes. On est légèrement méprisé par le peuple du dessus. Alors que sans nous, ils ne pourraient même pas se nourrir et je dois vous avouer que ça me dégoute un peu. Je me suis donc fixé un objectif. Entrer dans la garde royale. Un corps composé de 12 soldats. Ils sont réputés surpuissant et protège le roi et sa famille. Seulement, il faut être obligatoirement un noble pour y rentrer. Mais je prouverais que notre vie n’est pas toute tracée de par nos origines. J’ai donc commencé à m’entraîner. Beaucoup. Même parfois trop. Jusqu’à ne plus pouvoir me lever, voir même bouger. Je voulais forger mon corps de façon à être invincible. Chaque jour, j’essayais de repousser mes limites. Je me souviens de cette époque. Ma mère me répétait sans cesse : « La musculation arrête la croissance, tu sais. Tu ne devrais pas en faire, tu as six ans. Tu feras un mètre quarante quand tu auras mon âge à ce rythme-là. » C’est drôle, je suis un homme plus grand que la moyenne maintenant et ma condition physique est meilleurs qu’elle ne le sera jamais.

¤ Bref, passons à la suite de l’histoire.

« ¤ Cet enfant n’est pas humain. T’as vu les poids qu’il soulève ? Il a dix ans apparemment et il est plus fort physiquement que certain de nos adultes. Certains disent que c’est l’enfant du diable et qu’il est maudit. En même temps ça ne m’étonnerait pas, on ne dirait clairement pas un enfant de dix ans ! »

¤ Ils n’étaient visiblement pas au courant que je pouvais les entendre ces abrutis. Je ne suis pas un monstre, c’est juste que je m’entraîne depuis déjà quatre ans pour ça. Pour réaliser mon objectif. Des rondins de bois sur l’épaule, je me dirigeais vers ma maison, posant tout devant la porte avant d’ouvrir la porte d’un coup de pied, j’étais énervé. Malheureusement, il y avait une seule personne au monde que je ne pouvais pas battre.

« ¤ VARGATHRAS FENRIS ! CETTE PORTE T'AS RIEN FAIT ALORS TU TE CALMES DIRECT ET TU T’EXCUSES ! »


¤ Un sourire gêné s’afficha sur mon visage, me tournant lentement vers la porte, dans un soupir de lassitude, car j’avais connu cette scène beaucoup trop de fois, je lâchai « Désolé très chère porte, je ne voulais pas te blesser »

¤ Un gloussement s’échappa de la salle à manger, m’y dirigeant en courant avant de sauter sur ma mère pour une bataille de chatouille mortel. Comme je vous l’ai dit, c’est la seule personne au monde que je ne peux pas battre. Me retrouvant au sol bien trop vite, avant de me faire assaillir par des doigts meurtriers, m’empêchant de respirer. La bataille s’acheva. Je devais déjà repartir pour nous nourrir ce soir. La chasse. Une de mes passions. Un bisou sur mon front, comme à chaque fois, pour me souhaiter bonne chance. Alors qu’elle savait pertinemment que je n’en avais pas besoin. Montant dans ma chambre pour prendre mon épée, et de quoi stocker la viande. Et j’étais partie à l’aventure.

¤ Un sifflement s’échappa de mes lèvres, regardant autour de moi pour apercevoir une quelconque proie. Mais visiblement, il n’y avait rien aujourd’hui, j’en étais terriblement déçu, j’avais une envie particulière de viande. Cependant, il y avait quelque chose qui m’intriguait. Un souffle, assez rapide visiblement, et un grondement. Il y avait probablement un ours, mais aussi autre chose avec lui. Puis d’un coup, mon corps fit demi-tour de lui-même avant de partir à toute vitesse vers l’origine du bruit.

« ¤ AU SECOURS ! » Devant mes yeux, un ours de brun, et par terre juste devant lui, une fille, de mon âge visiblement. Elle était belle… Mais l’heure n’était pas aux rêveries. La gueule béante et dégoulinante de l’ours se rapprochait de plus en plus du visage de la demoiselle. J’allais faire d’une pierre deux coups. Sauver une demoiselle en détresse, et récupérer ma bouffe. Mon épée s’élança sur sa cible qui le repoussa et moi avec d’un coup de patte dévastateur. Cependant, je n’étais plus le faible gosse qui avait passé sa vie dans les as quartier. J’étais enfin prêt à me présenter à la garde royale, mentalement et physiquement. Ma lame bloqua un second coup de patte me propulsant contre un tronc d’arbre. Je ne pouvais pas le battre de front visiblement. Sa masse de muscle était naturellement plus massive que la mienne. Et encore, j’étais en train de me demander si cet ours ne faisait pas régulièrement des pompes tellement il était énorme. « Tu soulèves des troncs d’arbre pendant ton temps libre ou quoi… » Et là, c’est le drame. Non, je déconne au contraire, c’est la révélation. Ma lame vint s’abattre sur le tronc d’un arbre, le sectionnant, celui-ci commença à basculer lentement. Il s’écrasa juste à côté de ma cible, qui me regarda du genre : tu te fous de ma gueule-là ? Un petit rire s’échappa de ma gorge, c’était enivrant, l’adrénaline du combat. Le fait de ne pas savoir ses intentions contrairement à ce que tu peux analyser d’un humain. Il commença à me charger de nouveau, ma lame fendit l’air en un éclair, faisant voler une de ses pattes. Finalement, cela m’avait paru plus simple que je ne le pensais. Jusqu’à que sa seconde patte s’écrase sur mon flanc, faisant craquer mes os de façon sinistre. Un filet de sang, s’échappa de mes lèvres, mais ce sourire, lui n’allait pas disparaître. Un regard vers la fille apeuré, un sourire, réconfortant et pas démentiel celui-là. Il était l’heure de faire le malin devant la gente féminine. « Bon on finit tout ça mon gros nounours ? » Il commença de nouveau à foncer sur moi, ma lame coupa un autre arbre stoppant sa course nette, puis ma lame pris son envol. TEL UN OISEAU ! UN ANGE ! UN ANGE DE LA MORT. Pardon, je me suis emporté, elle s’enfonça de son crâne jusqu’à son anus dans une magnifique éclaboussure de sang. Il s’écroula dans un gargouillis un peu bizarre. Un long soupire s’échappa d’entre mes lèvres. L’adrénaline était en train d’inhiber la douleur, mais cela n’allait pas durer longtemps.

¤ La jeune fille s’approcha de moi en courant et me sauta au cou, avant de poser un baiser sur mes lèvres. Mon visage vira complétement au rouge. « J’ai toujours voulu essayer de faire a depuis que je sais que ça existe ! Je n’ai pas énormément de droit au château. » Mes yeux roulèrent dans leur orbite, son collier avec la marque royale n’était donc pas là pour faire jolie. Enfin si, mais… vous m’avez compris. « Vous… Vous êtes la princesse… Vo… Vous m’avez embrassé… Je vais mourir, ma vie est finie… » Elle commença à rire. Et à partir de là, je crois que je suis tombé amoureux. C’était une très mauvaise idée d’ailleurs…

¤ Il ne me restait plus qu’à la ramener chez elle. D’ailleurs que faisait-elle dans la forêt des paysans. Les nobles avaient leur propre forêt avec des animaux beaucoup plus appétissant et graisseux. Un soupire s’échappa de mes lèvres, prenant sa main, je me mis en route vers le village principal. « Oh, on devient audacieux jeune homme ! » Elle était clairement en train de se foutre de ma gueule. Commençant à grommeler dans ma barbe. Un petit regard vers elle suffit à apaiser toute ma colère. Elle était souriante et radieuse, et surtout en vie.

¤ L’ambiance une fois arrivée au village n’était pas du tout la même que celle durant là traversé du bois. L’ambiance été lourde. Tous les regards étaient tournés vers moi, comme si je venais de commettre un meurtre alors que c’était tout le contraire. Les murmures étaient en train de devenir pesant pour moi-même. Lâchant, un soupire de désespoir. J’allais définitivement me faire exécuter pour avoir touché la princesse avec mes mains sales de roturier.

« ¤ APPELEZ LE ROI ! IMMÉDIATEMENT ! ON A RETROUVE LA PRINCESSE. »


¤ La princesse lâcha ma main et grimpa sur un muret, son regard était presque aussi noir qu’un jour de tempête. Mais pas envers moi. Envers son peuple. Elle mit ses mains en porte-voix et commença à crier. « C’est donc comme ça que vous accueillez la personne qui m’a sauvé la vie ?! En murmurant à son propos des injures et des propos que l’on devrait bannir de ce pays ! Vous devriez avoir honte de vous-même de le regarder comme un criminel uniquement parce qu’il vient de la ville basse ! Je serais morte sans ce jeune homme aujourd’hui alors je vous prie de revoir votre jugement et d’accepter que certaines personnes méritent sûrement plus d’être dans la ville haute que vous-même ! »

¤ Dans ma tête, j’étais en train de me demander une seule chose. Elle à vraiment que dix ans ? Elle était bien plus mature que certains adultes, et, elle avait surtout réussi en quelques phrases à faire taire la plupart des rumeurs commençant à monter à mon égard. Tout le monde se mit à genoux, alors que la princesse revint à mes côtés. C’était l’entrée du roi. C’était la première fois que je le voyais en chair et en os. La princesse, me tenait fermement, de sorte que je ne pouvais pas poser un genou à terre. Visiblement, cela ne plaisait pas au chef de la garde royal vu qu’une gifle fouetta ma joue sans que j’aie le temps de réagir.

« ¤ Sir Clide, votre joue, je vous prie »

« ¤ Pardon Princesse ? »


¤ Un silence pesant s’était installé sur la place, et le bruit du claquement résonna. Je me retenais de sourire devant la marque rouge qui était en train d’apparaître sur la joue du commandant de la garde royal. Ses yeux sortaient presque de leur orbite. Cependant, il ne pouvait dire mot. Puis le roi prit finalement la parole, un petit sourire aux lèvres « Comme, tu as visiblement sauvé la vie de ma fille, je vais t’accorder un droit. Demande-moi ce que tu veux » vraiment, c’était aussi facile que ça ? J’allais pouvoir réaliser mon souhait de la sorte ? Eh bien, soit. J’allais faire ma demande. « Je veux intégrer la garde Royal. Bien sûr, je connais tous les avantages liés à ce grade. Et je souhaite savoir si ça concernera aussi ma famille »

« ¤ Je refuse qu’un roturier ne rejoigne nos rangs mon roi ! En plus, ce gosse est clairement trop jeune ! Ce n’est pas parce qu’il a sauvé la princesse qu’il peut se permettre de faire une demande de la sorte. À la rigueur, j’accepterai s’il peut rayer mon armure sans un combat. Bien sûr ça n’arrivera jamais. »

« ¤ Tu as entendu le capitaine jeune homme. Tu es jeune, et je ne veux pas que tu risques ta vie pour ce royaume, mais si tu es déterminé, combats donc le capitaine et je n’aurais rien à dire. Bien évidemment, si tu es élevé au grade de « noble » ta famille profitera d’un logement dans la ville haute. Cela va de soi. Je ne vais pas priver une famille de leur fils parce qu’il rentre dans nos rangs. »

¤ On venait de m’envoyer une épée, une épée bien trop légère par rapport à ce que j’avais l’habitude de manier. Mais bon, il fallait bien que je fasse un essai non ? L’effet de surprise, je devais compter dessus. Prenant doucement l’épée, en faisant semblant de l’analyser, avant de faire un estoc rapide vers le commandant, mais ce dernier envoya valser l’épée sans aucune difficulté, avec un sourire narquois aux lèvres. Je devais faire une marque sur son armure, seulement une petite. Me retournant pour aller récupérer mon arme, un coup de vent dans mon dos, ma main qui récupéra la lame juste attend, et en moins d’une seconde, j’étais déjà retourné venant de parer un coup qui m’aurait sûrement tué. Je ne sentais plus mon bras tellement le coup avait été puissant. Paralyser sur place devant la puissance dévastatrice de cet homme. Puis cette fois, ce fut à moi d’afficher un sourire narquois. « Vous avez perdu commandant… » Un simple coup de botte avait suffi à salir sa magnifique armure. Après ça, je me souviens avoir craché du sang, beaucoup de sang, et avoir perdu connaissance. Car cette foutue onde de choc avait réveillé toutes mes blessures reçues par ce putain d’ours.

¤ Mes yeux s’ouvrirent lentement. J’étais dans un lit avec des teintures blanches et rouges. Assez spécial. Puis une analyse plus approfondie me fit comprend que ce rouge, c’était mon sang. Mon corps était couvert de bandage. Un bruit de grincement agaçant parvint à mes oreilles quand la porte s’ouvrit. Un homme en blouse blanche et la princesse. « Je vois que vous êtes réveillé. Vous dormez depuis plus de deux semaines. Vos parents nous ont fait une crise cardiaque quand je leur ai dit que je devais vous ouvrir pour retirer les bouts d'os présents dans votre bras et votre poitrine. D’ailleurs, vous m’excuserez, mais vous garderez des cicatrices à vies de ces opérations. Mais je pense que la personne qui voudra vous épouser s’en fichera un peu. Vous avez été impressionnant, le roi vous accorde votre demande, et vous avez rendu notre commandant furieux. Sur ce, je vous laisse » La princesse s’approcha doucement de moi, puis se laissa tomber sur mes jambes. Elle tourna sa tête vers moi pour me sourire avant de souffler tout doucement en gonflant les joues « J’ai plu le droit de te sauter dessus, apparemment a serais dangereux pour tes os. Le médecin n’est pas marrant ! Alors Monsieur le treizième garde royal, j’espère que vous me protégerez bien ! »

C’est sur ces paroles qu’elle s’en est allée et que j’avais finalement accompli le but de ma vie.

Chapitre 2 : Complot contre le royaume



¤ Six ans ont passé depuis que j’ai sauvé la princesse d’un ours. J’ai parfaitement récupéré de mes blessures, je suis l’un des chevaliers du royaume le plus respecté. Sauf par ce foutu capitaine qui me méprise toujours. Et par le peuple de la haute ville qui estime que je n’ai rien à faire ici. Mais bordel qu’elle classe ! Le roi m’avait fait confectionner une armure sur-mesure. J’étais le Chevalier noir de sa majesté. Alors que la garde royale était normalement en armure blanche et dorée. Mes deux épées dans le dos, j’étais en train de traverser la place, je commençais à avoir l’habitude des murmures à mon égard. Je commençais même à savoir lire sur les lèvres.

« ¤ C’est lui le roturier qui est entré à la garde royale ? Il parait que c’est le plus puissant guerrier du royaume. La princesse dit qu’il est plus fort que le commandant. »

¤ Mais qu’est-ce qu’elle a encore raconté celle-là. Je vais encore m’attirer des ennuis à cause d’elle. Ne réfléchissant pas vraiment à ce que je faisais, la porte de ma maison s’ouvrit un peu trop violemment. C’est l’erreur que je fais depuis ma plus tendre enfance sauf que maintenant au lieu d’une seule furie, j’en avais deux sur les bras. J’étais prêt à m’excuser auprès de la porte au moment où une princesse sauvage me sauta au cou sans que je puisse réagir. Depuis ces six dernières années, notre relation s’était énormément approfondie. Disons que maintenant, j’étais consentant quand elle essayait de m’embrasser. Le plus gros problème, c’était ma position sociale et la sienne. En tant que personne de la basse ville de naissance, je n’avais pas le droit de poser mes mains sur la princesse. Mais bon, j’étais bien décidé à briser toutes ces foutues règles. « Tu devrais être au château Elyanna. Ton père va s’inquiéter une fois de plus. »

¤ Et il avait bien des raisons de s’inquiéter ce pauvre roi. Vu que la situation était déjà en train de dégénérer dans la ville basse. Un bruit sourd se mit à retentir dans toute la ville. La cloche de Karaga était en train de résonner. Le royaume était en état d’alerte. Mon casque retomba lourdement sur ma tête, mes iris rouges luisant d’un air malfaisant à travers mon casque d’obsidienne. Il était l’heure d’entrer en guerre contre l’envahisseur et de montrer la supériorité de la garde Royal.

¤ La ville basse était en flamme, et au milieu de ses flammes douze guerriers prêts à en découdre, contre visiblement une flotte de trois navires. Aucun pavillon. Ce n’était pas des pirates, pas des marines, pas des révolutionnaires. Sûrement des mercenaires. Mais pourquoi attaquer une île comme la nôtre. Un regard circulaire, pour analyser les forces ennemies. Au final il n’était pas tant que ça, une petite cinquantaine tout au plus. Tout ça allait être facile. « Vargathras. Tu prends le commandement ! » Mes ordres furent simples et rapides. Cinq personnes pour éradiquer la menace. Le reste pour sauver les villageois et éteindre le feu.

¤ La bataille faisait rage. Une de mes deux épées vint s’enfoncer dans l’œil d’un des malfrats. Un petit sourire aux lèvres. Cela faisait longtemps que je n’avais pas autant pris plaisir à tuer. Nous avions déjà bien fait baisser la menace. Ces mercenaires n’étaient que des débutants. Puis mon sang ne fit qu’un tour dans mon corps. Mon cœur s’arrêta de battre pendant quelques secondes à l’annonce d’un de mes soldats. Le château avait été pris d’assaut. Nous avions été leurrés. Cependant, personne n’était passé, nous nous en étions assurés. « Je vous laisse vous charger du boulot ici ! » Mes jambes bougèrent toutes seules. Commençant à sprinter vers le château. C’était ma capacité spéciale. Le sprint en armure. Je devais traverser toute la ville. Arriverais-je à temps…

¤ La porte de la salle du trône vola en éclats sous la puissance de mon épée. J’étais en colère plus que jamais. Mes yeux se fixèrent sur l’homme se tenant sur le trône. La princesse à côté de lui à genoux et blessé, et le roi inconscient. Je sentais déjà la rage envahir mon cerveau.

« ¤ Toi ! Je te jure que je vais t’écraser espère d’enfoiré ! »

« ¤ Oui moi ! Surprise ! Tu n’y attendais pas à celle-là. Monsieur le Chevalier noir, l’homme le plus puissant du royaume ! »

¤ Devant moi dans sa petite armure dorée, se tenait Sir Clide. Commandant de la garde royale, c’est pour ça que j’avais eu le commandement, cet enfoiré n’était pas venu. Il avait attendu dans le château tout ce temps. L’heure de la revanche avait sonné. Six ans plus tard. J’étais bien plus fort qu’il ne le serait jamais. J’allais l’écraser comme un insecte. Mon épée s’abattit sur la sienne dans un choc violent. Cependant, il avait oublié que j’étais un épéiste adepte du Niitoryuu, ma seconde lame s’écrasa contre son armure venant chasser tout l’air présent dans ses poumons et l’envoya valser à plusieurs mètres de moi. « Ouh, je crois que j’ai énervé le monstre. C’est parce que j’ai blessé ta princesse adorée ? Que penserait le roi en sachant que vous vous voyiez en cachette pour vous embrasser et vivre votre amour parfait hein. Un sale roturier qui souille sa fille. Jusqu’où êtes-vous allé ? Après tout cette satanée salope te rouler déjà des pelles à dix ans alors vous avez du déjà coucher ensemble ! Tu es une aberration de la nature ! Retourne avec tes poules et le bétail qui sert de population à la ville basse ! Je serais le prochain roi une fois que j’aurais fécondé la princesse ! Je vais le faire devant tes yeux impuissants. Et tu seras mon esclave pour toujours. »

« ¤ Tu parles beaucoup trop… »


¤ Le plat de ma lame s’écrasa contre son casque, produisant un son sinistre au moment où ses vertèbres craquèrent. Cependant, il se releva quand même. Nos lames s’entrechoquèrent de nouveau, encore et encore. Seul le bruit du métal et de nos respirations saccadées était audible dans la pièce. « Je vais vous dire la différence entre vous et moi, commandant. Je n’ai pas d’objectif. Vous avez atteint le vôtre, du moins presque. C’est bien. Mais moi mon ambition n’a pas de limite, et c’est pour ça que je sortirais vainqueur de ce combat » Il explosa de rire, me regardant longuement avant de charger de nouveau, son épée ne fit la rencontre d’aucun obstacle à sa plus grande surprise, elle s’enfonça dans le plastron de mon armure, mais fut tout de même stoppée net, sans qu’elle me cause de dégâts. « Échec et mat » Le rictus de surprise sur son visage aller rester gravé pour l’éternité. Ma lame noire appliqua la sentence irrévocable que ce porc devait mériter. Lentement, dans un bruit sourd, sa tête roula au sol. Cet homme qu’énormément de personne avait apprécié et admiré. Il avait trahi son royaume. Et avait fini par succomber. La traîtrise peut servir à certains desseins, mais il faut savoir que la mort n’aime pas les traîtres. Et la mort, c’est moi.

¤ Mon casque vola au sol, alors que je me précipitai au chevet de la princesse, mes yeux se posant sur la blessure à sa lèvre. « Tu es blessé Ely… Je suppose que c’est une vengeance pour la gifle que tu lui as donnée il y a six ans. » Un sourire s’afficha sur ses lèvres, mais je n’avais pas le temps de me reposer, la guerre n’était pas finie en bas. Du moins, je l’espérais un peu. J’avais encore soif de sang, sûrement à cause de la colère présente dans mon esprit. Mais je n’eus même pas le temps de réagir qu’un soldat de la garde royale était entré dans la salle du trône.

« ¤ Il n’y a plus d’ennemis dans la ville basse… » Son regard se porta sur la dépouille gisant sur le sol, maintenant écarlate. « Que faisons-nous commandant ? »

« ¤ Faites venir le docteur dans la salle du trône, commencez le nettoyage de la ville, faites état du nombre de pertes civiles et militaires. Et surtout, brûlez-moi ce cadavre » Il s’exécuta sans rien dire. Et quitta la salle, me laissant seul avec ma fatigue.


Chapitre 3 : La Grande Annonce



¤ Nous étions réunis sur la grande place, tout le royaume avait été convié, car le roi avait une annonce à faire. Cependant, personne ne savait qu’elle était l’annonce et le but de cette assemblée. Même moi, la personne la plus proche de la Princesse, je n’avais aucune idée de ce dont il s’agissait. J’avais juste remarqué qu’elle était drôlement joyeuse ces derniers temps. La foule était en train de se poser des questions, beaucoup de questions. Puis le Roi fit son apparition avec à son côté la princesse dans une robe magnifique. Le discours allait commencer.

« ¤ Cher Peuple de Karaga. Nous avons connu il y a de cela quelques jours, une crise comme le royaume n’en avait jamais connu. Une personne rancunière était présente dans les rangs de la noblesse, et il a failli détruire le royaume de l’intérieur. Cependant ce membre de la garde royale à rencontré un obstacle. Et cet obstacle est là pour nous protéger depuis six ans maintenant. Ce jeune roturier qui a sauvé ma fille des griffes d’un ours à aujourd’hui sauvé le royaume de la déchéance. Il a commencé en tant que simple paysan de la ville basse. Puis il est devenu un garde Royal. Puis enfin un Héros pour notre Nation. Mais son ascension ne s’arrête pas là. J’ai décidé, que je n’étais plus digne d’être Roi de cette nation après mon échec. Et ma très chère fille, ma formulé un souhait il y a de cela quelques jours. Vargathras D. Fenris. En tant que Roturier et non pas Héros. Je t’offre la main de ma fille et le titre de Roi. Il est temps de commencer une nouvelle ère pour ce royaume. Et c’est le nouveau roi qui décidera des règles qui dicteront notre nouvelle vie. Bien évidemment s’il dit non ça m’embêterait fortement, et cela rendrait une fille très malheureuse. »

¤ Tous les regards se tournèrent vers moi. Comme à ma première apparition ici. Sauf que cette fois au lieu des murmures lourds et incessants, c’était des encouragements qui étaient en train de monter dans la foule. Mes pieds bougèrent d’eux même, me dirigeant vers l’estrade surélevée d’où le roi venait de faire son discours. Mes lèvres se posèrent sur celle de la princesse, et un sourire Illumina mes lèvres. « Je prendrais ce rôle avec joie Majesté, cependant, je compte sur vous pour m’apprendre les bases du métier. Mais je vais déjà mettre en place les premières règles. Tout d’abord, la ville Basse et la Ville haute ne seront plus dissociées. Quel noble ne voudrait pas vivre au bord de la mer sincèrement ? Secondement, il n’y aura plus de titres de noblesse, c’est aussi ce qui m’amène donc à établir un conseil qui prendra ses décisions avec moi, et non pas avec un Roi. Je serais juste un Leader. Les titres ne signifient rien dans ce monde. Seuls les actes sont importants. Nous allons agrandir la garde. Chacun pourra y rentrer pour peu qu’il soit motivé. L’entraînement fera le reste. Et une fois que tout cela sera mis en place. Nous étendrons la notoriété de notre pays. Pourquoi s’arrêter à une île ou tout le monde est égalitaire quand on peut faire pareil pour le reste du monde. Je prouverais au reste du monde que personne n’est supérieur aux autres, et que même en étant un simple roturier, on peut devenir l’homme le plus influent du monde ! »

¤ Voilà quatre ans que je suis devenu « Roi ». J’ai réussi à établir ce que je voulais sur mon île. Et il est temps de l’appliquer au reste du monde. C’est donc devant un peuple fier de son dirigeant et une reine fière de son mari que j’ai pris la mère. Afin de découvrir ce que le monde peut m’offrir. Je vais devenir l’homme le plus influent de ce monde et tout le monde finira sur un pied d’égalité peu importe son origine.


CARACTÈRE

« ¤ Pourrais-je savoir pourquoi vous m’avez enlevé en plein milieu de la nuit pour m’emmener dans une vieille grange qui risque de s’effondrer à la moindre bourrasque. Je rêve ou c’est l’uniforme de l’armée royale ? Vous êtes au courant de qui je suis ? »

« ¤ Nous sommes au courant, et c’est pour ça que nous voulons en savoir plus sur vous monsieur, vous savez histoire de savoir qui va bientôt nous commander. Et puis pour vous connaitre un peu. Je dois vous avouer que à part les récits de vos exploits, il n’y a pas vraiment d’information sur vous. »

« ¤ Je vois, permettez-moi donc d’éclairer votre lanterne. Après tout je comprends votre animosité vue que je vais épouser la princesse. Sincèrement je ne vais pas vous le cacher, je suis une personne assez simple. Je vais essayer de me décrire assez simplement.

¤ Tout d’abord, je suis assez affectif. La Princesse n’a pas à s’en faire de ce côté-là. J’adore être entouré de gens. Tout simplement parce que j’ai été seul beaucoup trop longtemps. Vous savez ce n’est pas vraiment facile d’être un roturier. Mais grâce ça, j’ai appris à considérer tout le monde comme mon égal. Les titres ne veulent rien dire. Si tu te penses supérieur à quelqu’un prouve le. Chaque personne à le droit à une chance dans sa vie. Et personnellement je crois que je suis l’homme le plus chanceux au monde. Je me lie facilement aux personnes que je rencontre, peu importe leur origine, leur race, leur âge ou le camp de lequel ils sont. Nous sommes tous des êtres vivants, alors pourquoi nous rejeter ? Bien évidemment je ne suis pas d’accord avec les méthodes d’éradication mis en place par la marine. Et c’est pour ça que je prendrais la mer pour me battre contre ça.

¤ Deuxième point qui me caractérise le plus …

¤ Je suis une personne très fière et respectueuse. Je ne fuirais jamais le danger. Je n’abandonnerais jamais personne derrière. Je respecte mes adversaires, comme ils me doivent le respect. Le problème c’est que ce sont des adjectifs assez vastes. Je suis fier, car ma résolution est à toute épreuve. Je sais de quoi je suis capable. Je ne sous-estime jamais une personne, mais je ne plie jamais le genou. Je resterais toujours le dos droit et la tête relevée. Peu importe les murs que je rencontre, soit je les détruis, soit je les escalade. Je suis imperturbable. Ma volonté est aussi inébranlable que le diamant. Mettez-moi au bord de la mort, je me relèverais et j’attaquerais de nouveau.

¤ Torturez-moi et je vous épuiserais mentalement avant que vous ne m’ayez fait céder. Rien ne me détourne de ce que je me suis mis en tête. Et je ne laisserai jamais personne altéré mon monde, si quelqu’un ne touche qu’à un seul cheveu de ce qui m’est cher. Il comprendra ce qu’est la terreur. Je me fiche de devoir tuer des gens. Le sacrifice est nécessaire pour faire de ce monde un endroit ou tout le monde peut vivre sans se soucier de qui il est. Si une personne mérite une sentence, je l’appliquerais, le jugement est irrévocable et il ne sert à rien de le contester. Ce monde à besoin qu’une épée de Damoclès s’écrase sur lui et ce sera moi. Le serpent de l’infinie n’est pas mon blason pour rien. Détruire pour recrée. Tel est le cycle de la vie.

¤ C’est presque de l’arrogance à ce niveau-là. Mais si personne n’a confiance en soi même le monde ne peut pas avancer. Alors oui je suis arrogant, je suis confiant, parce qu’il le faut. Il faut avoir foi en sa propre puissance pour pouvoir avancer. Cependant, pour pouvoir être arrogant, il faut le mériter. Jusqu’à présent j’ai montré que j’étais dans le droit de me montrer arrogant. Cependant le monde est vaste et je ne gagnerais pas chaque fois. Mais je me relèverais toujours, et toujours plus fort. La peur est un sentiment fort. Les peurs sont là pour nous faire avancer. Une personne qui dit n’avoir peur de rien, finira toujours par faire des erreurs. Je m’égare un peu il me semble.

¤ Il m’arrive d’être un peu dans la lune parfois, mais qui ne rêve pas de temps en temps après tout.

¤ Pour finir au final je suis une personne très fidèle à moi-même et à mon comportement. Je ne porte jamais de masque et je serais toujours sincère. Le mensonge n’apporte que la désolation de toute façon. Je suis peut-être un paysan, mais je sais que je suis né pour conquérir. Je suis un Leader. Je ne suis que mon instinct la plupart du temps, et c’est ça qui me rend fort. La volonté de survivre de l’homme et c’est ce qui l’a poussé à aller de l’avant et à se dépasser à chaque fois. Je serais toujours au service de mon peuple, mais je sais que mon peuple et mon entourage seront là pour me soutenir aussi.

¤ Eh bien, je ne dirais qu’une chose, c’est presque libérateur de se confier comme ça sur ce que l’on pense de soi même. Après je pense tout de même que le mieux c’est que les autres se fassent une opinion du genre de personne que je suis. Personne ne voit le monde du même œil après tout, et c’est à qui fait que le monde est aussi riche. Et ce monde je l’adore même si actuellement il est pourri jusqu’à la Moelle.  Il est temps de faire bouger les choses. De montrer que la mort du seigneur des pirates n’est qu’un détail et que le monde ne s’arrêtera pas de tourner pour autant. Ils se disent tueurs de roi ? Voyons voir s’ils pourront faire face à un dieu dans ce cas. Oui mes chevilles vont très bien. Je vous ai dit qu’il faut avoir confiance en soi-même non ? Ahah »
PHYSIQUE

« Bonjour, en tant que nouveau membre de la garde royale, je dois vous faire une armure sur-mesure. Je vais donc prendre vos mesures si cela ne vous dérange pas. Et puis je noterais votre condition physique dans le registre. Histoire de voir si vous avez une évolution. »

« Vargathras. C’est visiblement un homme à la peau blanche, cependant, il n’est pas blanc comme neige, ce ne doit pas être un ange. Vous avez compris ? Je suis marrant. Vous êtes déjà grand pour votre âge. Déjà deux mètres dix à votre âge. Je pense que vous ne grandirez plus malheureusement pour vous. Mais c’est déjà bien assez. De ce que j’ai lu, vous vous entraînez souvent ? En effet ça se voit. Vous avez une musculature assez imposante et parfaitement dessiné jeune homme.Des abdominaux saillants, des bras puissants. J’ai presque l’impression que vous pourriez stopper un taureau à mains nues. Vraiment fascinant. J’aimerais faire des tests sur votre tissu musculeux si vous me le permettez. Sincèrement, les gens n’ont pas peur de vous quand ils vous regardent ?Alors au niveau de votre visage. Mais quelle est donc cette chose qui vous sert de coiffure. On dirait que vous êtes coiffé à la dynamite. Le sujet est brun. Cheveux de longueur moyenne qui vont jusqu’à ses épaules, mais coiffés de façon très bizarre. Visiblement ça ressemble à une mèche sur le côté, mais vos cheveux non pas l’air de tenir à plat. C’est parfaitement ridicule. Ce jeune homme possède un tatouage sur le front. Visiblement d’origine tribale. Sûrement une coutume chez les peuples du bas. Un nez qui remonte légèrement, et des lèvres très fines et… Vous avez les yeux du démon jeune homme. Vous n’êtes point albinos et pourtant vous avez des iris aussi rouges que le sang. Ce n’est pas un signe de bon augure, je ne pense pas que vous survivrez longtemps si vous êtes aussi gentil qu’on le dit.Bon concernant votre armure, que voulez-vous. Le roi m’a dit de vous autoriser n’importe quels matériaux. »

« Comme matériau, je vais prendre de l’obsidienne et de l’or. Alors voilà comment je la veux. Commençons par le casque. Un casque intégral, avec juste une fente au niveau des yeux, et quelques-unes au niveau de la mâchoire que je puisse respirer et parler. Les contours du casque seront brodés d’or. Un plastron me couvrant les épaules de façon assez protectrice, toujours avec les bordures d’or sur les contours. En dessous, il me faudrait un matériau plus souple mais résistant pour que je puisse faire des mouvements au niveau de mon ventre sans me bloquer. Me baisser par exemple. Pour les jambières et la ceinture quelque chose d’intégral aussi, je ne veux laisser aucune ouverture à ce niveau-là. Les bottes pointues pour que je puisse donner de violents coups de pied. Des coudières et des gants pour la protection. Et surtout ! Une grande cape rouge pour faire ressortir le tout et pour la classe. Pour les armes, je me débrouillerais de mon côté ! Merci à vous ! »
DERRIÈRE L'ECRAN

~ PseudoKyuujin
~ Double-Compte ? Nope
~ Âge21
~ Comment avez-vous connu le Forum ?*Danse Ridicule* FUUUUUUSION ! YAAAAAAAAAAH
~ Votre Avis ?C'est zolie
Merci de ne pas réutiliser ces codes en dehors du Forum One Piece : Rebirth ©️Fawadja
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'Identification
Berrys: 1.504.500
Niveau: 18/70
Experience: 140/650
Mar 27 Fév - 0:05
Messages : 95
Age : 27
Métier / Grade : Pion de la Révolution
Voir le profil de l'utilisateur
Notation Présentation


Alors alors... à nous :

Français 17/20 :
Au vu de la quantité, je ne retire pas beaucoup de points, mais il y a pas mal de fautes d'inattention notamment.
Qualité 28/40 :
A ce niveau là, attention... la ponctuation est à revoir (des phrases beaucoup trop courtes qui coupent ton texte et ne donne aucune continuité) et des "," avant les "et" complètement inutiles ; attention aux temps que tu utilises, pas toujours adapté, quelques répétitions, des phrases par moment pas très claires et surtout la liaison entre différents passages : ça a été assez difficile à suivre par moment tellement le changement de situation est brutal (exemple au début, tu parles à la 1ère personne avec ta mère et d'un coup ça passe à toi, mais sans aucune liaison entre les deux).
Bref attention !!!
Quantité 15/15 :
J'ai eu envie de t'enlever des points à ce niveau là... c'est trop long XD (non rien à dire à ce sujet)
Originalité 14/15 :
J'aime bien l'histoire et les descriptions, vraiment originales, j'enlève un point pour le côté "amour interdit entre 2 personnes socialement opposées".
Cohérence avec le contexte 9/10 :
1 point en moins au niveau de la cohérence, pas par rapport à l'histoire et au contexte, mais comme tu fais beaucoup d'ellipse (c'est à dire que tu passes des détails de situation qui font que ça rend illogique certains faits, surtout dans tes combats). En fait ça rejoint un peut le fait que tu passes trop vite d'une situation à une autre, le problème c'est que du coup t'explique pas certains déplacements, certains gestes, donc on est perdu et en plus le combat perd de son sens (ex : quand l'ours te donne un coup de patte, donc il est à côté de toi, mais pourtant après il te fonce dessus et tu stoppes sa course avec un arbre... comment s'il est près de toi ? On imagine peut-être que tu as été projeté, mais ce n'est absolument pas expliqué ! Et y a plusieurs détails comme ça.

Total 83/100

Votre niveau = ((total/100)/20)*3
 = Niveau 13/15
+ Bonus Event (6ème) : +3
+Bonus Fusion : +2

Niveau Final : 18/20
Tu atteint donc le niveau pour ton fruit, le Yami Yami no Mi à valider avec un test rp qui va suivre

Test RP:
 

Good Luck



_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'Identification
Berrys: 281 000
Niveau: 18/70
Experience: 0/650
Mar 27 Fév - 16:03
Messages : 16
Métier / Grade : Navigateur / Capitaine
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Test RP : Yami Yami no mi
C'est mon Héritage

†Le Crimson Dragon était en train de faire route sur les mers du nouveau monde. Bizarrement, cette fois tout était calme. Peut-être même beaucoup trop calme. Pas de tempête furieuse ou de mer de flamme. Pas de poisson géant de plusieurs kilomètres pour nous attaquer. Généralement, on dit que le calme vient avant la tempête et ce vieux dicton venait encore de frapper. « Navire en vue Capitaine ! Ils n’ont pas l’air très amical ». En même temps, qui voudrait être amical envers les Eien Bushi. Nous avions la réputation de ne pas laisser énormément de témoins lors de nos combats. Notamment à cause de notre second et ses instincts un peu sanguinaires. Mais notre équipage avait surtout gagné en notoriété à cause des deux Logia dont étaient en possession le Capitaine, donc moi-même, et le second, Tsubasa.

« †On va leur faire une petite démonstration de force, et s’ils veulent toujours venir, on les accueillera. On n’est plus à ça prêt après tout non ? »


†Leur navire était encore à plusieurs nautique du nôtre, dégainant mon épée avec un sourire aux lèvres bien que personne n’aurait pu le voir vu que j’avais mon casque sur le crâne. Je m’étais amusé à faire croire à certaines personnes que mes compétences d’épéiste étaient hors norme. En vrai, j’étais un épéiste de niveau moyen, mais les capacités de mon fruit du démon me servaient à pallier ça. Ma lame s’entoura d’une aura ténébreuse, me dirigeant vers la proue du navire. Un geste vif et sec vers la mer « Dark Slash ». La mer se coupa en deux sur plusieurs mètres. Pas littéralement derrière ça il y avait une petite astuce. Mes ténèbres ayant la capacité de tout absorber comme un trou noir, je pouvais facilement « couper » toute matière, ou l’aspirer plutôt. Cependant, les humains ne pouvaient visiblement prendre que des dégâts et ne pas être coupé en deux. Une spécificité du fruit. Un vrai trou noir fait tout disparaître et l’annihile, là ou ceux du fruit des ténèbres ne font « qu'écraser » ce qui rentre dedans. L’eau reprit vite ses droits rapprochant les deux navires de façon assez brutale. En moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, nous avions déjà un opposant sur le point et son aura meurtrière était extrêmement élevé.

« †Vargathras D. Fenris ! J’ai longtemps cherché après toi ! Je suis le fils du roi de Karaga ! Je… »

« †Désolé de t’interrompre, mais il ne me semble pas avoir de fils, surtout pas de ton âge. »

« †De l’ancien Roi Abruti ! Un homme comme toi ne mérite pas ce titre ! Je suis l’héritier légitime de ce titre et je viens le réclamer, avec ou sans ton accord ! Je suis peut-être un fils illégitime, mais je mérite ce titre bien plus que toi. Je ne sais même pas ce que ma sœur te trouve. Les faibles non pas le droit de gouverner »

« †Que ce soit bien clair. Ce Titre de roi n’existe plus. Et si tu tiens tant à le rétablir alors montre-moi ta détermination. Il n’y a pas de faible ou de fort dans le monde. Juste des personnes plus motivées que d’autres. »

†Son discours avait réussi à attiser ma rage, j’avais particulièrement horreur des personnes dénigrant les autres juste par rapport à leur niveau de compétence. Je n’avais pas vraiment le temps de réfléchir, il avait déjà disparu de mon champ de vision. Un grognement s’échappa de ma gorge, j’avais été inattentif. Une onde de choc me frappa dans le dos avec violence, m’envoyant presque valser dans la mer. Me tournant vers l’endroit d’où venait le choc, cependant l’emplacement était vide. Personne. Une autre onde de choc me frappa dans les côtes cette fois. Mon armure me servait à rien pour ce combat. « Tu devrais t’y mettre plus sérieusement, tu sais. Je suis le néant, j’aspirerais tous les dégâts que tu me feras si tu n’y vas pas à fond. » En premier lieu, je devais m’éloigner de la mer. Vu que visiblement, il avait pour projet de m’y envoyer, et que sans une consistance physique aussi élevée j‘y serais déjà. Je devais commencer par trouver un moyen de le trouver. « Black FOG » Une fumée noire se répandit sur le pont. S’il était invisible, j’allais pouvoir le détecter et donc agir en conséquence. Cependant, ce n’était pas ça. Il était juste rapide, beaucoup trop rapide pour qu’un œil humain puisse le voir et visiblement trop rapide pour que Mon Haki de l’observation me soit d’une grande utilité. Et puis je n’avais pas vraiment envie de l’utiliser. Je n’avais aucune preuve qu’il faisait l’utilisation du Haki de son côté. En premier lieu, je me devais de quitter mon navire, sans ça, je n’avais aucun moyen de me battre à fond sans risquer de l’endommager. « C’est gentil à toi d’être venu avec une flotte mon ami… » D’un simple saut, je venais d’atterrir sur son navire, il ne me restait plus qu’a le rapprocher des siens pour faire d’une pierre deux coups. Cependant, c’était assez risqué de faire ça.

« †Black Hole » Un orbe de gravité se créa dans le vide entre sa flotte et nos navires, tout commença à être violemment attirer par la force de gravité, les navires tout comme l’eau. Je l’avais créé sur un point un peu plus surélevé pour que l’eau ne soit pas complètement aspirée, mais visiblement, c’était mal parti. Cependant je m’étais quand même bien rapprocher de mon objectif, mais l’océan était maintenant agité à cause du vide que j’avais créé. « A tout mon équipage ! Éloignez-vous du champ de bataille ! » Maintenant seul au monde contre une armada, il était temps de montrer l’étendu de ce fruit si démoniaque. Je devais tout d’abord résoudre le problème de cette vitesse si dérangeante. « Si tu bouges vite, j’ai juste à t’empêcher de bouger non… » Un petit trou noir se créa au centre du navire, commençant à aspirer le plancher de ce dernier et comme je l’avais prévu, il m’avait aussi permis de ralentir ma cible. L’attirant à moi, j’allais pouvoir le mettre hors d’état de nuire, mais il arriva à réagir plus vite. Je le tenais contre la paume de ma main, prêt à le mettre à genoux devant ma supériorité, mais une onde de choc traversa tout mon corps, me faisant cracher du sang et relâcher ma proie. « Je suppose que mon Haki ne doit pas être très agréable. Tu peux peut-être m’empêcher d’aller vite, mais je te ferais toujours plus de dégâts que tu ne m’en feras » Un petit sourire illumina mon visage. Me reculant de quelques pas. La douleur avait déjà disparu dans le néant et j’avais encore quelques atouts dans ma manche qu’il n’était pas prêt à voir. Notamment le fait que mes ténèbres pouvaient aspirer ses ondes de choc avec un très bon timing. Mais aussi quelques techniques qui allait probablement le laisser sans voix. « Dans ce cas, je vais arrêter de m’amuser si tu es si sûr de toi. Je ne suis pas invincible, après tout personne ne l’est, mais tu dois savoir une chose. Il n’y a rien de plus terrifiant que les ténèbres » Le navire fut enveloppé dans une bulle noire ou seule moi pouvais voir. Cependant, j’avais oublié le Haki de l’observation. Me prenant une autre onde choc qui me mit à terre. Je n’étais clairement pas attentif dans ce combat. Et pour l’instant cela me mettait vraiment dans la merde.

« †Bon Varga, concentre-toi un peu où tu vas y passer… »


« †Écartèlement » Quatre boules de gravité se formèrent autour de mon adversaire, l’attirant de tous les côtés en même temps. Une technique semblable à une prison empêchant mon adversaire de bouger. Le plus gros problème de ce combat étant qu’il était sur un navire, et que la puissance de la gravité pouvait détruire le navire et me faire tomber à l’eau à chaque instant. Mon épée frappa l’air et frappa son torse de plein fouet. L’envoyant s’écraser contre le mat. « Je n’ai pas le temps de me battre contre toi et l’endroit et vraiment pas à mon avantage… Donc je vais en finir en une fois, et si tu ne crèves pas, je te buterais un jour, sur la terre ferme. » J’avais longtemps rêvé d’un finisher pour mettre fin à mes combats avec classe. Et mon équipage m’avait aidé à le trouver. Une boule d’énergie sombre se forma au-dessus de ma tête. J’allais anéantir ce navire. Ma porte de sortie étant déjà prête.

« †Dai Enkai : Entei »


†Je pouvais voir la surprise sur son visage. C’était le nom de la technique de mon second que je venais d’énoncer. Un trou noir se créa derrière à mon opposé. Mon adversaire était pris en Sandwich entre ma boule de ténèbres et …

†Tout droit sortie du néant une boule de feu semblable au soleil.

†La puissance destructrice de mon fruit, c’est la capacité qu’il a stocker ce que j’aspire dans mon trou noir dans ce qu’on appelle le néant. Un gouffre sans fond, ou la matière solide est écrasé, mais où je peux stocker et réutiliser quelques choses d’intangible, comme le feu de mon second par exemple. Les deux boules vinrent s’écraser sur ce soi-disant prétendant au trône, mais le navire était en train de céder. « Art des ténèbres. Déplacement du néant » Me laissant tomber dans un trou noir créé derrière moi, en créant un nouveau sur mon navire avant que ce dernier se referme afin de me déplacer. J’étais revenu sur le pont de Crimson Dragon. Cependant, j’avais subi énormément de dégâts physiques à cause de mon manque d’attention alors qu’il ne faisait que se déplacer vite et user du Haki.

«
†La flotte nous suit capitaine, ils sont encore loin cependant. »

«
†Alors en route, je vais les retenir »


†À cette distance, j’allais avoir besoin d’énormément d’énergie. Vous voyez, certains fruits comme le fruit des séismes sont assez puissants pour rayer une flotte de la carte avec un simple tremblement de terre. Et le fruit des ténèbres fait partie de ces fruits, Cependant, je ne fais jamais de victime neutre. Et cette technique me coûte énormément d’énergie en plus d’être beaucoup trop dangereuse. Mais contrairement à tout à l’heure ou j’avais le désavantage d’être en mer, cette fois, c’était un avantage.

«
†Disaster »

Disaster:
 


†L'’air se mit à trembler, les nuages se firent aspirer, et les bateaux commencèrent à s’envoler. Un énorme trou noir venait de se créer dans le ciel attirant tout dans son œil. Bateau, monstre marin et l’eau. Mais nous étions assez loin de son centre pour ne pas être impacté. Le trou noir se referma, me laissant à bout de forces. La flotte ennemie venant s’écraser sur l’eau pour ceux n’ayant pas été aspirés.

«
†Il n’y a plus de roi et il n’y en aura jamais plus… »





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'Identification
Berrys: 409.000
Niveau: 15/70
Experience: 0/650
Mar 27 Fév - 16:46
Messages : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Bilan Test RP




Je suis la personne qui va maintenant te dire si tu as gagné ton fruit. Pour commencer, j'ai remarqué qu'il y a très peu de fautes, je te félicite pour cet exploit et t'invite à continuer à refaire ceci pour tes rps. J'ai aussi trouver tes techniques très intéressantes avec des contrecoups bien recherchés. Le combat était intéressant, c'est juste le finisher qui pose un peu problème, on ne sait pas à quel moment tu as enfermé la boule de feu(ma technique que tu m'as volé, je m'en souviendrai !) dans ton trou noir, ce n'est pas assez expliqué. Donc j'ai l'immense privilège de t'annoncer qu'en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, qu'à partir de ce moment même, le Yami Yami no Mi t'appartient !

Et c'est avec plaisir que je t'invite à aller recenser ton avatar et faire ta fiche technique en cliquant sur les liens qui suivront ce message qui se transformera en flammes et qui brûlera tes doigts si tu n'y fais pas attention !

La fiche technique c'est par ici mon coco !
Recense ton avatar tout moche ici !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Recensement Universel :: Présentations Validées-